19.09.2019

Mobilité Bruxelles: une concertation urgente est indispensable

Bruxelles comme d’autres grandes villes cherchent des solutions en matière de mobilité. Seule une concertation urgente entre l’ensemble des acteurs publics et privés semble pouvoir faire évoluer les choses. Début septembre, Mediaplanet en a réuni quelques-uns autour d’Elke Van Den Brandt (Groen), la nouvelle ministre bruxelloise de la Mobilité, à l’occasion d’une table ronde.

Quels constats posez-vous et quelles solutions préconisez-vous en matière de mobilité ?

E. Van Den Brandt : « Il y a une urgence qui est liée au bonheur même des gens. Les sondages indiquent que la première source de stress des Belges est liée aux problèmes de mobilité. Agir sur les problèmes de bouchons, c’est vraiment agir sur le bonheur des gens. L’urgence est également économique – les embouteillages nous coûtent cher – et environnementale – la qualité de l’air est essentielle. Dans l’immédiat, le gouvernement bruxellois a lancé le plan régional de mobilité « Good Move », en concertation avec tous les usagers de la ville : habitants, navetteurs, monde économique, etc. Ce plan propose notamment des alternatives pour les déplacements, en rendant la STIB encore plus attractive, en sécurisant les pistes cyclables, en mettant à disposition des espaces plus agréables pour les piétons, etc. L’objectif est de changer les comportements de mobilité, tout en tenant compte de ceux qui ont vraiment besoin de leur véhicule quand ils n’ont pas d’autre choix. Si l’on parvient à convaincre ne fût-ce que 20 % des navetteurs de venir à Bruxelles autrement qu’en voiture, cela résoudra totalement les embouteillages. Seulement 20 % ! »

D. Hendrickx : « Pour les navetteurs, c’est effectivement une catastrophe. Il y a urgence sur le plan de la mobilité, mais aussi sur le plan climatique. Il faut lutter contre le CO2, mais aussi contre la pollution locale, les particules fines, l’oxyde d’azote, etc. Toute la question est de savoir comment répondre le plus rapidement possible à ces urgences. Comment arriver à une offre optimisée alternative au niveau des véhicules particuliers, des transports en commun et de la mobilité douce ? Ce n’est pas évident car il faut tenir compte de nombreux facteurs : les propositions politiques doivent être économiquement viables ; la qualité de vie est essentielle mais il ne faut pas que des entreprises soient poussées à quitter ou éviter Bruxelles. »

.........

Vous désirez en savoir plus sur? Lire le débat complet ici

Photo : Kris Van Exel
 

CO2 vervuiling Rijden op CNG